mercredi 10 février 2016

Fragments de Moi n°2 ~ Je ne sais toujours pas quel titre donner

“Ne pleurez jamais d'avoir perdu le soleil, les larmes vous empêcheront de voir les étoiles.”
Rabindranath Tagore


Les résultats sont tombés ! J'ai validé mon semestre 1 de la première année. Cependant, pas le semestre 1 de la deuxième année. J'avais prévu de réussir la première année et de m'occuper de la deuxième année aux rattrapages, c'était donc un "échec" voulu.

Je préfère réussir une année sur les deux, plutôt que d'être moyenne voir mauvaise dans les deux.

J'ai donc choisi de faire une stratégie. C'est, je pense la meilleure des solutions... Je suis arrivé en deuxième année début novembre, le semestre presque fini, comment voulez vous que je rattrape ce retard ? J'ai besoin de temps.

Ma stratégie est de valider maintenant le semestre 2 des deux années confondue du premier coup. Ainsi il me restera que le semestre 1 de la deuxième année à faire aux rattrapages.


L'avenir de la chaîne youtube 
Il n'y a qu'une vidéo, je n'ai pas eu le temps de vraiment poster. Ca arrive, ne vous en faites pas. De l'art il y aura...

L'avenir du blog
Des articles sont en préparations. Un peu plus de psychologie (un peu de théorie, que je tenterai de rendre moins compliqué pour que vous puissiez tous comprendre facilement (en faite c'est simple, c'est juste que c'est expliqué de façon compliqué... mais une fois qu'on a compris ça paraît simple).

Il y aura aussi un article avec des étymologie (guérir par exemple)

Le premier article que j'avais écrit (qui n'est plus là) sera repris et modifié pour republication

Mon projet professionnel expliqué, le pourquoi de mon changement, un peu de mon parcours (sans trop entré dans les détails parce que ça me regarde ! ) (peut être sous forme de vidéo :) )

Ma vision d'une thérapie, de la guérison

Article sur la résilience, l'art thérapie, l'écriture et les autres forme d'arts.

Un peu de développement personnel, je publierai un texte qui vous remontera le moral et qui vous motivera !


Pourquoi avoir appeler cette section fragments de moi alors que je ne parle pas vraiment de moi... ? Bref. Bonne nuit ! En espérant que vous allez bien :) 


Être ou ne pas être, telle est la question... L'accent circonflexe et le devenir de la langue Française.

Source : Google


Je suis consciente que j'ai déjà écrit sur ce sujet il y a quelque jours. J'avais envie d'ajouter quelques éléments. Le titre m'est venue alors que je marchais vers la fac un de ces jours. J'ai pensé à ce que deviendrai le verbe "être" sans son chapeau légendaire. Pour aller plus loin, que deviendrai la langue française sans ses coiffures que sont les accents. 

Je voulais prévenir d'une chose avant que vous vous lanciez dans la lecture : je ne vous force pas à penser comme moi, alors ne critiquez pas. Je ne critique pas vos pensées, bien au contraire. Nous pourrions échanger, débattre. Deuxièmement je ne suis pas parfaite et donc, ce n'est pas parce que j'écris sur la langue française que je suis forcément incollable sur l'écriture, l'orthographe etc. Je suis humaine, oui. Vous ne l'imaginiez pas hein ? Arrêtons de plaisanter un moment, et redevenons sérieux. J'essaye de faire court cette fois, donc il se peut que j'élide certaines informations. Si vous voulez en savoir plus, internet est votre ami ! 

Je voulais vous laisser un site qui explique dans quel cas on pourrait retirer le circonflexe : http://linguistech.ca/Capsule+linguistique+-+Suppression+accent+circonflexe


Si nous regardons le verbe être de plus près nous remarquons l’étymologie suivante : > de l'ancien français : estre (si vous avez lu mon précédent article vous savez donc maintenant que tout les circonflexes remplace l’amuïssement de cette lettre S ) venant du latin vulgaire " essere" venant lui même du latin "esse". Il y a aussi la forme "ester" de l'ancien français venant du latin " stare" qui signifie être debout. Nous remarquons la marque du latin dans le verbe conjugué "est". Vous remarquerez que dans toute les langues ayant des racines latines, conservent la trace de se passé latin dans le verbe être... il y a l'Italien : essere, stare (qui est donc le verbe être), en espagnol " ser" et "estar" (distinction entre le être de l'essence, et l'être de l'état). On s'arrête là pour les exemples. 

Voyez, stare, être debout. Le verbe être se tient fièrement debout dans une phrase, tel un aristocrate et son haut de forme. Il est majestueux, et toujours bien coiffé malgré le vent !  Il signifie beaucoup. Il est le passé, le présent et l'avenir. Il porte les stigmates du passé de la langue.

Si nous retirons le circonflexe, le mots sera visuellement moins harmonieux... la phrase sera toute déstructurée de son harmonie (ce n'est que mon avis). 

Les premières utilisations de l'accent circonflexe
C'est un grammairien du 16ème siècle, appelé Jacques Dubois, dit Sylvius qui l'importa dans la langue. Il écrivait en latin à l'époque. Cet accent, tout comme le grave et l'aigu ont été importé du grec : il s'agit de la réunion de l'accent grave et aigu. Il faudra cependant attendre 18ème siècle pour que ce diacritique (l'accent circonflexe) soit utiliser comme nous le connaissons aujourd'hui. 
Pourquoi diable vouloir l'enlever ? 

Notons que l'accent circonflexe indique la prononciation d'un a d'un e ou d'un o. 
Il permet également d'éviter les confusions avec les homonymes. 
L'enlever c'est changer la structure et la musique de notre langue. 

Plus rien ne tiendra "debout" (notez l'allusion à l'étymologie) dans notre langue. Ce serait dommage. 
Que deviendrons nous ? Des êtres sans grandeurs... des etres décapité de leurs chapeau qui les rendait si classe. Nous deviendrons coupé de nos racines. 

Être ou ne pas être, telle est la question justement, merci à Shakespeare et Hamlet... Merci aussi à wikipédia qui m'a aidé un petit peu dans mes pensées. Que la langue soit ! Et la langue fût...L'être munie de son petit toit est protégé de la pluie.... Au vu des circonstances, nous devons rester debout et affirmer notre ÊTRE bien haut avec notre accent qui s'érige vers le haut. 

Karen Mertz.
Merci de ne pas plagier.

jeudi 4 février 2016

Un mot pour la langue française !

Source Google


Aujourd'hui une nouvelle est tombée : des réformes sur la langue française. Disparition des accents circonflexes, remplacement de PH par F... Je suis très attachée aux étymologies, notamment aux héritages grecs et latins. N'oublions pas d'où nous venons... Changer la structure des mots est nier l'histoire de notre pays. N'oublions pas tout les traumatismes, notamment provenant des guerres ! On ne peut pas oublier tout cela. Ces événements marquent un pays. Une guerre détruit les paysages, détruits des vies et créer des traumatismes ainsi qu'une certaine insécurité. Cependant, ce n'est pas tout. En effet après une guerre, la natalité est relancée, le patriotisme et l'entraide également. L'envie d'une reconstruction est bien présente. Notre langue, dans toute sa complexité, traduit les difficultés passées, faisant parties de l'histoire de notre Pays. La complexité de la langue porte tout les traumatismes ainsi que l'histoire passée.  Le paysage, les villes et les morts ne sont pas les seules victimes dans cette histoire. La langue a été marquée. Une histoire complexe, une langue complexe symbolisant tout cela, ainsi que les difficultés actuelles. 

Il y a en effet un malaise dans la société actuelle qu'on ne peut pas nier : les attentats, la crise, les difficultés en général.... Les gens sont perdu. Alors lorsqu'on leur dit " on va changer ça, ça et ça " ils n'ont plus la force de s'y opposer. Certains sont tellement perdu qu'ils ne savent plus qui croire. Et puis il y a des gens qui militent.

J'aimerai en venir aux faits... Personnellement je souhaiterai conserver l'orthographe telle qu'elle pour toute les raisons cités plus haut. Mais pas que... j'ai beaucoup parlé des guerres et peu de l'héritage grec et latin que la langue porte également. Un métissage d'étymologie que peu de personne connaissent. En effet, beaucoup pense que la majorité des mots français découlent du latin. Or, ayant fait du grec ancien durant ma scolarité (et un peu de latin) je peux vous dire que beaucoup de mots scientifique, philosophique, de concepts (en psychologie ou en philo), de noms médicaux, de termes liées aux plantes, arbustes, ou fleur, et j'en passe, découlent du grec ancien. 

Je pense que le latin a beaucoup jouer dans la structure de la langue et non les mots eux même. Les déclinaisons le démontre bien. En grec, il y a beaucoup de déclinaisons également, cependant, les mots tels que psychologie viennent du grec : >  psukhê et Logos (respectivement : âme et discours. )

Il y a également le mot "philosophie " qui est bien plus connu : philo (aimer) ( sophie : la sagesse)

Je souhaiterai également vous faire part d'une chose provenant du grec : les PH ne sont pas là pour rien et sont issu du grec. La lettre "phi"  noté  φ en est à l'origine. C'est la transposition de ce son en latin qui a donné lieu au PH. Il en est de même pour la lettre "thêta" qui est notée θ et qui est transposé " TH"

Il m'est donc impossible d'écrire nénuphar avec un F... Nous devons resté attaché à nos racines, si nous nous déracinons durant cette période alors notre avenir n'est pas bon. Il est important, au vu de notre contexte, de garder des repère. Les événements nous marquent déjà bien assez,  nous déboussole bien assez. Gardons des repères, c'est important en cas de reconstruction... 

Il en est de même pour les H en début de mots en français. Ils sont là encore issu du grec. Il y a une histoire de ce que l'on appelle " l'esprit " qui est noté par une sorte de parabole au début du mots grec, avant la lettre. Il est aussi appelé signe diacritique. S'il est rude, il indique une prononciation H avant la voyelle du mots grec. ( esprit rude noté ) Si l'esprit est doux alors il est placé de l'autre sens et donc le son H n'est pas requis. L'esprit rude à donné lieu à la notation du H dans la langue française pour indiquer que ce mot doit être prononcé avec une aspiration. 


Venons en aux accents circonflexes... L'accent circonflexe remplace une lettre : avant d'écrire "hôpital " on écrivait " hospital " . L'accent remplace ici le 'S'

Je suis d'accord que la langue reflète l'évolution du pays. Peut être que ce changement reflète l'état de notre civilisation à présent : en pleine perte de ces racines, en oubliant l'essentiel,car oui des événements tragiques ont bouleversés le pays. Cependant, s'attaquer à notre langue avec autant de violence montre bien la violence subi par notre pays. Ce n'est pas non plus une raison pour simplifier à ce point la langue. Je pense que ne pas opérer le changements est la meilleures des solutions, parce que comme je disais plus haut, au vu du contexte, on a besoin de repères solides... les bases de la langue sont les piliers... S'y attaquer, c'est reproduire la violence. 

Voilà ce que j'avais à dire. Je pense que beaucoup d'entre nous ne sont pas d'accord avec ces réformes. Des changements oui, mais aussi marqués NON ! Nous ne sommes pas rigides, ni fermés au changement mais il y a des limites. Je pense aussi à un débat qui a été fait sur la suppression des enseignements de langues anciennes... je pense que nous devons garder cette antiquités... Car tout les mythes et légendes qui en proviennent ne peuvent que nous apprendre des choses. En relisant encore et encore, en étudiant, nous auront toujours un autre point de vue. Un point de vu nouveau, parce que les contextes et situations changent... et donc peut être de nouvelles prises de conscience, de nouvelles solutions. 

Je voulais ajouter également que le fait de trop simplifier les choses engendre une économie cognitive (au niveau du cerveau) et donc, nous deviendrons de plus en plus fainéant. L'économie cognitive sera un réflexe exagérer... Je dis exagérer puisque l'économie cognitive nous la connaissons tout les jours, puisque nous devons trier les infos pour ne pas crouler sous les informations et péter un plomb. (surchauffe). Notre cerveau va se ramollir, et notre intelligence global ne sera plus moyenne sur la courbe de Gausse mais plutôt à l'extrémité... (c'est à dire, des QI de plus en plus bas). 

Je répète que je ne suis qu'apprenante, et que donc mon avis n'est peut être pas "juste". Je me base sur ce que je sais, et ce que je déduis. 


Karen Mertz. 

Merci de respecter mon " travail " et de ne pas plagier.


mercredi 3 février 2016

Présentation de la chaîne que j'ai ouvert ! Depuis le temps que je devais annoncer le lancement de la chaîne ! :)


Je suis brouillonne, oui je sais. Je m'en fiche. C'est ma façon d'être... j'ai envie que cette chaîne ne soit pas régie par du calcul ou de la rigidité... le but est d'être naturel, au diable les règles de communications... Je parlerai avec mon âme, mon coeur et parfois avec l'intellect. Les règles de communications, et la rigidité d'une méthodes, on laisse ça pour le domaine scolaire ou professionnel. Ici, c'est un blog, c'est un loisirs. Même si je parle de choses sérieuses... J'ai pas envie de me prendre la tête ni même être un personnage que je ne suis pas (à savoir, un professionnel). Pour le moment je suis apprenante passionnée. Lorsque je serai diplomée je pourrait être professionnelle, et je serai toujours encore un peu apprenante dans l'âme, car devenir psychologue n'est pas une fin. En tant que psy, plus  tard, il faudra continuer à être curieux, à se nourrir, à voir les progrès et les nouveauté du domaine. 

Voilà :) 

jeudi 14 janvier 2016

Fragments de Moi n°1 ~ Quel titre donner ?

Source TUMBLR
J'avais envie de mettre un papillon :) 


Je voulais aujourd'hui parler un peu de moi. Je n'aime pas trop cela habituellement parce que je n'aime pas trop m'exposer comme ça aux yeux du monde. Je serai donc personnelle mais pas trop. C'est vrai quoi, je ne suis pas obligé de TOUT vous raconter, je peux choisir de garder des choses secrètes. Alors voilà. Pour rendre ce blog un peu moins impersonnel, je vais consacré un article sur ma situation actuelle, ce qui se passe un petit peu dans ma vie et les répercussion sur le blog (ou les projets qui sont en gestation) et peut être que cette partie que j'intitule " Fragments de moi" pourra vous amener à mieux me connaître ? 

Premièrement, je viens de finir les examens de psychologie, en première et deuxième année. J'attends les résultats qui devraient tomber vers la mi février. J'ai profité de mes quelques jours de repos / répits pour penser un peu le blog, et aussi pour prendre du temps pour moi. 

J'ai ouvert un compte youtube qui sera associé au blog (mais comme il n'y a pas encore de vidéos, je ne partage pas encore le lien). Pourquoi ? Parce que je compte bien vous parler un peu d'un tas de choses... Ce sera comme ici, général. Des retour lectures, des réflexions, des textes, des créations de projets liant l'écriture la danse et le dessin... J'y mettrai vraiment de tout. J'aime aussi chanter, peut être que je mettrai des enregistrement de reprises également. Le but est de rassembler un peu tout ce qui me passionne (et vous verrez que je suis passionnée par beaucoup de choses... Curieuse de nature, il me manque du temps pour explorer TOUT les livres, TOUTE les musiques qui existent etc...) Je vous parlerai aussi des recherches que j'aurai effectuée sur des sujets qui m'emballent ( il y aura aussi un peu de tout, de la psycho à la littérature, en passant par l'art et même de la science (moi qui suit fâchée avec les maths ! ) 

Je ne sais que vous raconter sur moi même en réalité... En ce qui concerne le blog et le youtube je ne posterai pas si souvent que ça par contre... le semestre à venir s'annonce chargé pour moi (comme je fais 2 années en une)et je compte bien prendre mon temps libre pour travailler le semestre et rattraper les cours auxquels je ne pourrais assister puisque des cours se chevauchent... Donc j'essayerai de publier un article par semaine (si j'en ai l'inspiration) et les vidéos comme je suis quelqu'un de perfectionniste, je veillerai à avoir beaucoup de temps pour m'y consacrer (donc je posterai moins souvent, j'ai vraiment envie d'avoir un projet bien monté) . 

Je ne vous ai toujours pas parlé de moi...ou peut être qu'en partie... 

Le 5 mars j'assisterai à un colloque à ma fac " corps douloureux " donné par l'ACF -EST. J'ai reçu un mail dans la boite mail de la fac, qui était destiné aux L2, L3 M1 santé... nous étions invité à y participer... étant curieuse, et surtout libre (puisque c'est un samedi) je me suis précipité pour m'inscrire (faut que j'envoie lundi). 10 euros pour les étudiants, 30 pour les autres. J'espère qu'il y aura encore de la place ! 

Bien entendu j'y consacrerai une sorte d'article "vlog" comme on appelle ça sur les blog :) 

jeudi 17 décembre 2015

Retour lecture n°1 ~ Elisabeth Roudinesco, l'inconscient expliqué à mon petit-fils



Aujourd'hui je reviens vers vous afin de vous donner un retour sur une lecture qu'on nous a conseillée en psychologie clinique et pathologique en deuxième année. (oui vous vous souvenez que j'ai un pieds en L1, l'autre en L2, je suis comme déchirée entre deux... ) 

Au départ j'étais sceptique, je me disais " tu as déjà pas mal de choses à lire pour toi même (recherches personnelles en complément des cours, parce que oui je me pose trop de questions)  et pour les cours alors tu vas pas t'ajouter ça... " et puis malgré tout j'avais l'impression que ce livre m'appelait. Alors j'ai laisser ma curiosité s'exprimer. J'ai bien fait ! D'ailleurs collègue de L1, je vous le conseille ! :) Je me lance (il sera court cet article, et je n'ai pas envie de respecter un schéma pour donner mon avis, j'ai envie que ça vienne des tripes :) ) 




Premièrement, ce bouquin est hyper fluide. Il se présente sous forme de question réponse. Tout s’enchaîne logiquement et avec une facilité déconcertante. On nous raconte l'inconscient. Ce qui est bien c'est que ce livre ne se limite pas du tout à des étudiant ou professionnels, au contraire. Il est ouvert à tous. A vous qui vous intéressez peut être à ce mystère qu'est l'inconscient. 

Ce livre offre une belle synthèse, prends des exemples de la vie quotidienne et se nourrit de l'actualités pour nous expliquer l'inconscient. 

On y définit les rôles des psychologues, psychanalyste, religieux etc. On y parle également des rêves, de refoulement... on s'y pose beaucoup de questions, notamment sur le fait que les animaux aient un inconscient ou non. Le livre se finit sur le côté obscure de l'inconscient. Ce qui est bien c'est qu'une neutralité est respectée, on y voit les deux côté de l'inconscient, le positif (créativité, ressource interne etc) et le négatif ( sources de conflits, etc). Le sujet du livre à beau être complexe et lourd, le livre lui est léger et se lit facilement dans un train, ou ailleurs. On a pas besoin de trop réfléchir, tout et logique et limpide. Je dois dire que cette lecture et cette légèreté (non péjorative ! ) tombaient à pics en cette période de fin de semestre et d'examen. 

Il est relativement court, mais il nous tient en haleine. Je l'ai lu d'un trait. Il m'a paru simple parce qu'avant de commencer des études de psychologie je m’intéressais à ces choses là, donc j'avais déjà lu Freud et fait des recherches par ci par là pour ma curiosité personnelle. 

Voilà, je ferai un peu plus ce genre d'articles à l'avenir ,je pense que ça peut être bien. Pour les livres théoriques je ferai un bref résumé des théorie et pour les livres comme je viens de présenter je présenterait la trame du livre en bref, ainsi que quelque éléments de réflexions personnelles. 

samedi 12 décembre 2015

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Montage fait par moi même, avec le ruban porté sur mon poignet. Luttons !


[ Parenthèse introductive – Je voulais commencer par dire que oui cet article est écrit un petit peu en retard par rapport à la date de la journée. J'ai en effet été assez prise par mon emploi du temps à la fac et donc j'ai préféré faire passer les examens avant le blog. Je rappel que ce blog a été créer pour partager mes réflexions personnelles et donc des questions que je me poses, des réflexions que je me fait à moi même à propos de certaines théories en psychologie (ou d'autres disciplines, ça pourrait arriver aussi puisque je m’intéresse à pas mal de choses.) ]

Cette parenthèse fermée, je vais maintenant vous parler de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. (25 novembre 2015)

Il est important de rappeler le numéro gratuit et anonyme, le 3919. Faites-le passer, retenez-le, c'est important. La violence n'épargne malheureusement personne. Ça peut vous arriver à vous, à vos amis, à n'importe qui. Comme on dit, ça n'arrive pas qu'aux autres. Il est donc important de parler de ce sujet qui est encore tabou.

Je vous écris cet article pour laisser une petite trace dans votre esprit. Parce qu'il faut informer, et il faut aussi changer la / les visions sur ce sujet. Je voulais ajouter également que nous n'oublions pas les hommes qui eux aussi subissent les violences, certes moins fréquemment mais ils les subissent et comme les femmes, ils subissent également le poids du silence, du secret, de la honte, de la culpabilité... et de la souffrance que chacun tente de gérer comme il le peut.

Les stéréotypes n'aident pas les victimes en les culpabilisant plus qu'ils ne les aides. Je ferai surement des recherches très approfondies sur ce sujet-là et je reviendrai vous en parler. De tête j'en ai quelques uns qui me viennent mais je préfère y consacrer un article complet.

Lorsque nous parlons de violences nous englobons :
  • les violences physiques (coups...)
  • les violences psychologiques ( chantage, insultes, ou plus sournois, le fait d'exercer une pression permanente, rabaisser la personnes, lui dire qu'elle est nulle, qu'elle n'arrivera à rien, que personne ne l'aime etc. )
  • les violences sexuelles (allant de l'attouchement au viol sous la menace, la contrainte ou la surprise, avec violences ou non.)

N'oubliez pas que les mots laissent autant de traces et de douleurs qu'un coup. Ne jamais sous estimer la gravité des violences quelque soit la nature de la violence. Je pense que les gens en général ne sont pas assez documentés à ce sujet-là, c'est ce qui contribue à des idées toutes faites sur le sujet.

«  Si elle se fait taper dessus, elle a cas partir » mais vous savez ce n'est pas si simple. Malheureusement peu de gens comprennent les mécanismes de la violences conjugale, l'emprise que le mari peut avoir sur sa femme. Personne ne s'en rend compte car tout se fait dans l'intimité du domicile conjugal, et tout se fait dans le silence et le secret. De l'extérieur personne ne pourrait imaginer ce que la personne subi. Et puis lorsque l'entourage sait, parfois il y a un déni. On ne voit pas voir (pour diverses raisons, ça peut être un mécanisme de protection aussi.).

Comme dit plus haut, je vous ferai un article complet. Je crains que ce présent article ne soit trop long et donc trop pénible à lire.

Je souhaiterai finir sur cette note personnelle. J'ai moi même contribué à cette journée dans ma fac. Ça s'est fait sur l'impulsion. On nous a proposé, dans le cadre du cours de psychologie sociale en L2 de nous porter volontaire pour la distribution des ruban blanc à la fac entre midi. Je me suis dit «  allez, on y va ». Ça me tenait à cœur (pour des raisons qui me regardent bien entendu). Alors je me suis dit que c'était maintenant ou jamais. Je suis assez contente de l'avoir fait. Je lutte à ma façon et je pense porter le ruban blanc à l'année. LA LUTTE se fait tout les jours, et non un seul jour dans l'année ( à mon sens ) . Et si le numéro peut circuler via ce bracelet, je serai ravie de pouvoir le faire passer.